Corinne Lepage

La question du développement durable, qui est absolument essentielle pour  moi, touche au cœur de la politique : quelle démocratie pour gérer ces problématiques ? A mon sens, la question n’est plus seulement la défense des libertés publiques par rapport aux dérives autoritaires qui menacent un certain nombre de pays. On le voit dans tous les débats autour du contrôle d’Internet, du contrôle social en réalité, qui nous montre un modèle autoritaire pour le 21ème siècle. Comment se défendre contre ce modèle d’une part, et par ailleurs comment inventer la forme de gouvernance démocratique qui permette une gestion démocratique de la rareté ? La rareté, a priori, se gère dans l’autorité, non pas dans la démocratie. C’est un des grands sujets politiques qui n’est jamais relevé.

Une des critiques faites à l’État, c’est une certaine inefficacité. Ce n’est pas totalement injustifié. Non seulement les décisions ne sont pas toujours très opérationnelles et que l’Etat n’est pas outillé. Si l’on veut aller dans cette direction, il faut très certainement repenser les outils, les institutions et la question des mandats. Je suis une chaude partisane des mandats uniques dans l’espace et dans le temps. Si vous n’avez pas de soucis de réélection, vous ne vous comportez pas du tout de la même manière que si vous êtes soumis à une réélection. Tout simplement parce que vous n’aurez en pensée que le souci de laisser, d’avoir réalisé quelque chose.

Corinne Lepage est avocate et présidente fondatrice du parti écologistes Cap 21 depuis 1996.

Retour aux entretiens