Jean-Noël Jeanneney

Je m’efforcerais de résister à l’idée reçue que tout va toujours plus vite. Pour deux raisons : on ne peut pas aller plus vite que l’instantanéité ; il y a des choses qui ralentissent beaucoup en réalité dans les psychologies, les collectivités. J’introduirais le fait qu’on n’a jamais le même regard à 20 ans et à 70 ans. C’est un élément du vertige, une histoire de représentations. Avec l’âge, on a tendance à trouver que les choses accélèrent et sont plus difficiles à appréhender. Michelet, Valéry, Halévy, etc., ont tous écrit là-dessus. C’est largement psychologique, et c’est la psychologie qui est intéressante.

Quand je présidais la Bibliothèque Nationale de France, j’ai terrorisé la directrice générale, en lui disant : « Votre rôle, c’est de réintroduire de la lenteur. » Elle me fait un grand signe : « Surtout ne dites pas de travailler plus lentement ! » C’est ce que je pense : que l’État incarne la lenteur.

Jean-Noël Jeanneney est professeur d’histoire à Sciences po Paris. Il a entre autres présidé Radio France, Radio France International et la Bibliothèque nationale de France.

Retour aux entretiens