Michel Cicurel

Le principal enseignement qu’on tirera de cette crise, c’est en fait le mépris du long terme, le court-termisme. C’est le vrai sujet. Après il faut expliquer pourquoi cela s’est passé ainsi. Quand l’argent devient trop facile et son taux trop bas, le temps n’a plus de prix et le levier permet d’obtenir des résultats, sur tout, trop vite. Et de fait, on perd complètement le sens du temps. C’est mon interprétation.

Il y a une incidence sur le rythme de la vie politique inévitablement. On zappe. Je ne vois pas comment l’État peut devenir long-termiste alors qu’il est inspiré par des électeurs court-termistes. L’État va être confronté pendant des années à des problèmes de court terme majeurs comme le remboursement de sa dette. Pour être long-termiste, il faut avoir payé ses dettes et avoir des fonds propres. Je ne vois pas comment l’État va pouvoir être autre chose que court-termiste dans les années à venir.

Michel Cicurel est Président du Directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild.

Retour aux entretiens